Vue d’ensemble

GOPAC a été créée en octobre 2002 à la suite d’une conférence mondiale à Ottawa, au Canada, qui a rassemblé plus de 170 parlementaires et 400 observateurs déterminés à lutter contre la corruption et à améliorer la gouvernance.
C’était lors de cette réunion que le Conseil d’administration a approuvé la Constitution de GOPAC. L’organisation est devenue personne morale à l’automne 2003 – il s’agit d’un organisme à but non lucratif en vertu des lois canadiennes.

GOPAC est unique : il s’agit du seul réseau international de parlementaires qui se concentre uniquement sur la lutte contre la corruption. Ses membres représentent plus de 50 pays de toutes les régions du globe. Ces membres sont des législateurs, anciens ou actuels, ou bien des législateurs à qui on a refusé le droit d’entrer en fonction. Les membres ne sont pas partisans.

Le modèle de GOPAC repose sur des groupes de travail mondiaux (GTM) afin de promouvoir les programmes ciblés par les membres par l’entremise de groupes de parlementaires représentant une région donnée qui défendent chacun des sujets. L’Exécutif et le Secrétariat mondial de GOPAC apportent leur soutien aux groupes de travail mondiaux grâce à des manuels, à des ateliers et au renforcement des capacités auprès de parlementaires partout dans le monde. Grâce à ses GTM, GOPAC peut appuyer la présentation de projets de loi et surveiller les changements au sein des parlements nationaux dans le contrôle de la corruption, la promotion d’une saine gouvernance et la reddition de comptes de la part de l’organe exécutif des gouvernements face à la population.

Groupe de travail mondial contre le blanchiment de capitaux
Groupe de travail mondial sur la CNUCC
Groupe de travail mondial sur la surveillance parlementaire
Groupe de travail mondial sur l’éthique et le code de conduite parlementaires
Groupe de travail mondial sur la participation de la société

 

Vision, mission et valeurs fondamentales de GOPAC

La vision de GOPAC est de :

réaliser la responsabilisation et la transparence par l’entremise de mécanismes efficaces de lutte contre la corruption et de la participation ouverte des parlementaires, des gouvernements et des la société civile à cette lutte et de leur collaboration entre eux.

 

Pour réaliser cette vision, la mission de GOPAC est de :

aider et soutenir les parlementaires dans la promotion de gouvernements responsables et transparents et dans la création de législation à cet effet.

 

Notre vision et mission prennent appui sur l’engagement de GOPAC envers les valeurs fondamentales suivantes. Ces valeurs orientent nos programmes, nos initiatives et nos activités quotidiennes de promotion de la saine gouvernance et de la primauté du droit partout au monde.

  • Intégrité
    L’intégrité est au cœur du programme de lutte contre la corruption. GOPAC s’engage à agir en faisant preuve du même niveau d’honnêteté et de transparence et selon les mêmes principes qu’elle cherche à inculquer aux gouvernements.
  • Responsabilisation
    La responsabilisation et la transparence sont essentielles à la saine gouvernance. GOPAC s’engage à donner l’exemple en s’assurant que nous sommes responsables envers nos membres, nos partenaires et nos bailleurs de fonds. Nous exigeons le même niveau d’engagement de tous les gouvernements en veillant à ce que la responsabilisation soit un objectif fondamental de toutes nos initiatives.
  • Collaboration
    GOPAC reconnaît que la lutte contre la corruption est une lutte collective et qu’elle peut seulement être fructueuse si nous travaillons ensemble. Nous travaillons conjointement avec des législateurs, la société civile, des organisations non gouvernementales, le secteur privé et nous cherchons à établir des coalitions solides contre la corruption à l’échelle des secteurs et de la société.
  • Diversité
    GOPAC est une organisation qui favorise l’inclusion et la diversité. Nous nous engageons à nous assurer que notre réseau soit transparent et non partisan et nous acceptons dans nos rangs des membres de partout au monde, peu importe leur âge, race ou appartenance politique.

 

Rapports Annuels

                   
 
 
                   

 

Share