Conférence mondiale

La Conférence mondiale de GOPAC est un événement biennal qui rassemble des dirigeants, des membres possibles, des parties prenantes et des bailleurs de fonds pour inspirer, renseigner et outiller les sections régionales et leurs membres en vue de la lutte constante contre la corruption. La Conférence est un événement qui s’étale sur plusieurs jours et qui est composé notamment des ateliers et des réunions visant à évaluer les progrès et à étudier de nouveaux sujets de préoccupation commune.

 

Sixième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

GOPAC a organisé la sixième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption à Yogyakarta, en Indonésie, du 6 au 8 octobre 2015. La conférence était une initiative conjointe de GOPAC, de la Chambre des représentants de la République d’Indonésie, des Parlementaires de l’Asie du Sud-Est contre la corruption (SEAPAC) et de GOPAC Indonésie. Le thème était Traduire les auteurs de la corruption à haut niveau en justice pour un monde durable où tous les citoyens puissent vivre dans la prospérité et l’équité.

Rapport de la Conférence (seulement en anglais)

Photos

 

Cinquième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

 

GOPAC, en partenariat avec le Sénat des Philippines et les Parlementaires de l’Asie du Sud-Est contre la corruption (SEAPAC) ont accueilli la cinquième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption du 30 janvier au 2 février 2013, à Manille, aux Philippines.

Rapport de la Conférence

Photos

 

Quatrième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

 

GOPAC, la section nationale et le Sénat du Mexique ont eu le plaisir d’organiser ensemble la quatrième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption, qui a eu lieu à Mexico, au Mexique, du 11 au 13 février 2011. La Conférence a réuni des parlementaires et des experts de partout dans le monde afin d’examiner comment les parlementaires pouvaient prendre part dans la mise en œuvre efficace et le respect des principes de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). Dans bien des cas, cela englobait également le renforcement des capacités du parlement d’y participer.

Rapport de la Conférence

 

Troisième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

GOPAC et sa section régionale arabe (ARPAC) étaient heureux de s’associer avec le parlement du Koweït pour accueillir la troisième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption, qui a eu lieu du 16 au 19 novembre 2008. La Conférence a rassemblé des parlementaires de partout dans le monde qui se sont penchés sur le rôle des parlementaires dans la mise en œuvre et le respect des principes de la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC).

Rapport de la Conférence

Deuxième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

GOPAC et sa section régionale africaine (APNAC), en partenariat avec le parlement de la Tanzanie, ont accueilli la deuxième Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption. La Conférence a eu lieu au centre de congrès international d’Arusha, en Tanzanie, du 19 au 23 septembre 2006 et a rassemblé des parlementaires de partout dans le monde qui se sont penchés sur l’élaboration d’un plan d’action pour GOPAC et ses sections.

Rapport de la Conférence (seulement en anglais)

 

Première Conférence mondiale des parlementaires contre la corruption

La première conférence mondiale de GOPAC a eu lieu à Ottawa, au Canada, du 13 au 16 octobre 2002. Elle a rassemblé plus de 150 parlementaires, plus de 105 observateurs et membres du personnel parlementaire qui ont discuté de la corruption, de la surveillance parlementaire et de la gouvernance efficace. GOPAC a profité de l’occasion pour lancer officiellement ses activités en tant qu’institution, a approuvé une constitution et a acquis une meilleure compréhension globale de la nature de la corruption et du rôle des parlementaires qui s’efforcent de l’enrayer. La Conférence a été l’occasion pour les parlementaires de partout dans le monde de discuter de leurs expériences dans la lutte contre la corruption et de se créer de bons réseaux avec leurs homologues.

Rapport de la Conférence

Share